Nurlan Nigmatulin, Président du Majilis du Parlement du Kazakhstan "Grande Eurasie : se diriger vers un avenir commun"

Un événement majeur, important non seulement pour le Kazakhstan, mais aussi pour tous les pays européens et asiatiques, aura lieu dans notre capitale cet automne. Les 23 et 24 septembre, la ville de Nur-Sultan accueillera la quatrième réunion des présidents des parlements des pays eurasiens, sous l'intitulé "Grande Eurasie : Dialogue, confiance, partenariat."

Le sujet proposé par le Kazakhstan a pour objectif de s'orienter vers le développement et le renforcement de l'interaction entre les pays d'Europe et d'Asie afin d'assurer le développement stable et durable de l'Eurasie.

L'Eurasie est un pilier du monde moderne. C'est le plus grand continent avec 75% des ressources énergétiques et 40% du PIB mondial, couvrant 65% de la population mondiale.

Dans le même temps, la diversité des systèmes économiques, l'énorme disparité dans le niveau de développement entre les différentes parties du continent, ainsi que la tendance croissante à la régionalisation, nous empêchent de décrire l'Eurasie comme une entité économique unique.

C'est pourquoi le niveau actuel d'interdépendance commerciale et économique exige une interaction plus étroite de tous et la prise en compte des intérêts des pays eurasiens.

Le message principal du Kazakhstan est de positionner l'Eurasie comme une plate-forme testant un modèle de partenariat fondamentalement nouveau basé sur la recherche d'une solution commune et collective aux désaccords apparaissant entre certains Etats, permettant ainsi d'appréhender les défis communs.

Le Premier président du Kazakhstan, Noursultan Nazarbaïev, a annoncé le principe d'une intégration eurasienne pour la première fois en 1994. Après être passée par un certain nombre d'étapes nécessaires, cette dernière est, aujourd'hui, mise en œuvre sous la forme de l'Union économique eurasienne (UEEA). Cette année marque, d'ailleurs, le 25e anniversaire de son initiative d'intégration eurasienne.

Par la suite, l'initiative stratégique visant à établir des partenariats sur tout le continent eurasiatique, proposée par Noursultan Nazarbaïev, a été inscrite dans la Déclaration d'Astana de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en 2010. Les Etats participants de l'OSCE ont déclaré leur attachement au principe d'une communauté euro-atlantique et eurasienne commune et indivisible.

En 2015, dans sa déclaration à la tribune de l'Assemblée générale des Nations Unies, le Premier Président du Kazakhstan a proposé l'idée de créer une Grande Eurasie réunissant l'Union économique eurasienne, la ceinture économique de la Route de la soie et l'Union européenne dans un seul projet d'intégration.

Ce projet sans précédent de la Grande Eurasie appelle à l'harmonisation des efforts de ces entités et la coordination des initiatives, y compris à travers la libéralisation des relations commerciales entre leurs participants, le développement conjoint de corridors de transport, la diversification des routes énergétiques, l'expansion de la coopération en matière d'investissement et d'autres questions d'interaction économique.

En avril 2019, lors du deuxième Forum pour la coopération internationale à Beijing, Noursultan Nazarbaïev a invité la communauté internationale à créer une nouvelle réalité géopolitique de la 3D, qui propose l'établissement des Trois Dialogues.

Le premier dialogue est nécessaire au niveau mondial entre les États-Unis, la Russie, la Chine et l'Union européenne.

Le deuxième dialogue est nécessaire au niveau de l'Eurasie afin de réunir les capacités de la Conférence sur l'interaction et les mesures de confiance en Asie et de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

Le troisième dialogue serait un dialogue économique systémique entre l'Union économique eurasienne, l'Union européenne, l'Organisation de coopération de Shanghai et l'Association des nations du Sud-Est asiatique. Le développement de la coopération économique sous une telle forme peut, premièrement, donner un puissant élan à la croissance des économies et à l'amélioration du bien-être des citoyens. Deuxièmement, il peut créer de nouvelles sources de diversification, renforcer la compétitivité, améliorer le climat des affaires économiques et augmenter sensiblement les investissements dans ces pays. Troisièmement, il peut se transformer en un appel au renforcement du rôle mondial de la Grande Eurasie.

Le lancement de ces dialogues est dans l'intérêt commun de tous les pays européens et asiatiques et contribuera à la formation d'interconnexions pour un avenir durable d'une Eurasie unie.

Par conséquent, le but principal de la Quatrième Réunion des Présidents des parlements des pays eurasiens est d'établir un dialogue multilatéral direct entre les chefs des organes législatifs d'Europe et d'Asie, ainsi qu'entre les chefs des organisations internationales et interparlementaires, afin d'approfondir et d'élargir la coopération dans l'espace eurasiatique.

Le rôle des parlements dans l'identification des domaines clés du développement politique et économique des Etats servira de base solide pour trouver des points communs d'interaction et des solutions mutuellement acceptables aux niveaux régional et continental.

Les principaux éléments de l'ordre du jour peuvent inclure :

Premièrement, la coordination des principes de base du développement économique de l'espace eurasien.

L'objectif clé est la pleine réalisation du potentiel d'intégration de la Grande Eurasie, notamment par le développement des infrastructures de transport et de transit, l'accroissement des échanges mutuels, le développement de la coopération industrielle et innovante - l'arrivée d'un "moment d'Eurasie", une combinaison unique de circonstances politiques et économiques internationales.

Deuxièmement, la discussion sur l'algorithme d'un dialogue à travers les liens culturels et humanitaires et le développement de l'interaction interparlementaire dans l'espace eurasiatique.

Les initiateurs de ce forum sont la Douma d'Etat de l'Assemblée fédérale de Russie et l'Assemblée nationale de Corée. Les trois réunions précédentes se sont tenues à Moscou (2016), Séoul (2017) et Antalya (2018). Elles constituent également une base solide pour discuter des questions d'actualité liées à la coopération dans la perspective du développement durable et du bien-être des pays eurasiens.

Le nombre de participants augmente chaque année. Des délégations de 19 pays ont assisté à la première réunion à Moscou, des délégations de 26 pays ont participé à la réunion à Séoul, tandis que 38 nations étaient représentées en Turquie.

Aujourd'hui, l'événement parlementaire international se tient, pour la première fois, au Kazakhstan. Les chefs de parlement de 84 pays européens et asiatiques et les chefs de 16 organisations internationales et interparlementaires sont invités à ce forum.

Pour le moment, nous travaillons à l'organisation et à la préparation de l'événement. Jusqu'à présent, des parlementaires de plus de 50 pays ont confirmé leur présence. Sont attendus des orateurs de plus de 40 pays. A cela, il convient d'ajouter 16 organisations internationales qui ont confirmé leur venue.

La participation de parlementaires influents d'Europe et d'Asie à ce forum sera l'occasion d'un échange de vues sur le développement mais aussi sur les solutions concrètes pour y parvenir et avancer ainsi vers un modèle viable où tous les peuples sont gagnants en Eurasie.

Le résultat du débat, nous l'espérons, sera l'adoption d'un document final, la Déclaration commune des orateurs, qui reflétera les vues des parlementaires sur l'évolution future du continent eurasiatique sur la voie de notre avenir commun.

Nul doute que le prochain forum saura contribuer au renforcement de la coopération globale en Eurasie, ainsi qu'à l'établissement durable de contacts et de partenariats interparlementaires.

Created at : 23.07.2019, 09:00, Updated at : 23.07.2019, 09:00